Régénérer et réparer sa peau avec les fabuleux produits naturels (1/2)

Notre peau a une faculté d’auto-régénération extraordinaire. Mais parfois, un coup de pouce est nécessaire pour régénérer et réparer sa peau. Depuis 2013, je n’utilise que des produits naturels et bio pour mes cicatrices et je les recommande chaleureusement.

1/ Mieux connaitre sa peau

Grâce à notre peau, nous protégeons notre organisme. C’est un organe très important qui recouvre tout notre corps sur près de 1,7 m2.

La peau est constituée de 3 couches.

1- L’épiderme

C’est la couche visible la plus superficielle qui est constituée principalement de kératinocytes. Ces cellules produisent de la kératine, une protéine entrant dans la constitution des ongles et des cheveux.

Vous remarquerez que son épaisseur est très variable:

  • 1/10 mm au niveau des paupières
  • 1 mm au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds

Chaque zone aura des besoins différents, il faudra adapter les soins.

2- Le derme

C’est une couche très importante et la plus épaisse ( 4mm) puisqu’elle renferme les vaisseaux (10 % du sang de l’organisme), les bulbes (racines) des poils et des cheveux, glandes sudoripares (sueur)…

Les fibroblastes se situent dans cette couche. Ils produisent des fibres élastiques et collagènes qui empêchent la peau de s’affaisser.

Le derme adulte normal contient 90 % de collagène de type I pour 10 % de collagène de type III.

3- L’hypoderme

La couche la plus profonde renferme ce que l’on appelle la graisse sous-cutané que sont les adipocytes.

2/ Régénérer et réparer sa peau: Comment se passe le processus naturel?

C’est un ensemble de mécanismes très complexes avec de nombreux acteurs du derme et de l’épiderme.

Il y a 4 phases:

1- Phase hémorragique et inflammatoire

Le traumatisme, entrainant une plaie par coupure de la barrière cutanée, coupe les vaisseaux du derme. Il va y avoir un afflux de plaquettes, qui au contact du collagène, provoque l’agrégation plaquettaire. Un petit caillot de sang se forme et la plaie arrête de saigner. Cela fait apparaitre une petite croûte.

Les globules blancs (=polynucléaires neutrophiles) vont permettre de nettoyer la plaie (=c’est la détersion). Sans surinfection, c’est très rapide.

D’autres globules blancs (=polynucléaires éosinophiles) permettent de lancer la réparation du derme (tissu de granulation).

Certains globules blancs appelés monocytes, se transforment en macrophages. Ceux-ci participe à nettoyer la plaie et à la lutte anti-infectieuse.

Les macrophages sécrètent des facteurs de croissance et d’autres médiateurs chimique qui stimulent :

-la réparation des vaisseaux du derme (=angiogenèse)

-l’activité des fibroblastes

-remodelage dermique

2- Phase de réparation du derme = granulation

Le tissu de granulation se développe. On l’appelle le néoderme avec des néovaisseaux et du néocollagène (surtout du type III).

Il y a aussi un processus de contraction de l aplaie. Les berges / bords de la plaie se rapprochent pour que la plaie se referme.

3-Réépidermisation = Phase de cicatrisation épidermique

Cela commence à partir:

  • de l’épiderme sain des bords de la plaie
  • des canaux des glandes sudoripares (sueur)
  • des follicules pileux (poils)

par la migration des kératinocytes = cellules de l’épiderme.

Cela se poursuit par la prolifération des kératinocytes.

Pour terminer, les nouveaux kératinocytes se différencient.

Les mélanocytes (qui produisent la mélanine qui pigmente la peau) recolonisent l’épiderme après un délai plus ou moins prolongé, ce qui explique que la repigmentation ou dépigmentation des cicatrices est souvent tardive.

Je conseille un délai de 4 à 6 mois minimum pour atténuer taches et cicatrices voire beaucoup plus longtemps parfois.

4- Dernière étape: le remodelage

C’est un processus long de plusieurs mois. Le collagène III est remplacé progressivement par du collagène I dont la résistance mécanique est supérieure.

Très bientôt, je vous expliquerai quels produits bio et naturels choisir suivant votre peau et ses cicatrices. Restez connectés !

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

2 Comments

  1. Emmanuelle

    Bonjour Nolwen, très heureuse de vous retrouver. Après deux ans de soins au naturel (grâce à vos bons conseils). J’ai enfin trouvé la bonne recette pour ne plus avoir de boutons (après 30 ans de boutons…) un mélange à parts égales d’huiles végétales de nigelle, carthame, figue de barbarie et pépins d’argousier (les autres me donnent des boutons : jojoba, macadamia, pepin de raisin, framboise, chanvre, argan…)
    Ma question est sur l’ajout d’huiles essentielles pour le côté anti-rides. Pour un serum de 30ml par exemple et en sachant que je les supporte très bien. Nombre de gouttes maximum svp ? MERCI ET BRAVO POUR CE QUE VOUS FAITES.

    • bonjour Emmanuelle,

      merci pour votre patience et vos encouragements ! c’est très motivant!
      à propos des huiles essentielles, je pencherai plutôt pour ajouter 1 goutte dans le creux de la main, à la dose à appliquer, comme celle de myrte vert (effet raffermissant, liftant) par exemple.
      il est conseillé de ne pas utiliser les huiles essentielles en continu, en faisant des pauses, 2 jours par semaine, ou 1 semaine par mois.
      si vous commandez vos produits sur Oleassence en Luberon http://www.oleassence.com, je vous invite à remplir le code NOLWEASSENCE qui notifiera que vous commandez de ma part, je vous remercie d’avance de votre confiance.

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *